Jenny Hippocrate se bat pour la vie

 

Jenny Hippocrate et son fils Taylor ( photo A-Jocvksan)

Jenny Hippocrate et son fils Taylor ( photo A-Jocvksan)

 

Au lendemain de la Journée Internationale du Droit des Femmes, je vous parle de Jenny Hippocrate. 

 

J’aime honorer les femmes qui me fascinent, m’en inspirer… Femme de caractère, toujours dynamique et déterminée, Jenny Hippocrate en fait partie. Voici quelques lignes pour vous raconter son histoire, le combat de sa vie.

 

Plus qu’un combat, c’est une révolte pour dénoncer les injustices, défendre les valeurs humaines et lutter contre une maladie qui a touché son fils en plein cœur. Sa révolte a débuté le jour où il lui a été demandé de faire le deuil de son fils, à qui elle venait de donner la vie. Et aujourd’hui, Taylor a 23 ans. Taylor, son fils est atteint de la Drépanocytose, un handicap génétique dû à une anomalie de l’hémoglobine.

 

Lui qui murmurait à cinq ans à peine « Mon corps est une planche de douleur« , était le visage du téléthon qui a fait pleurer les français dans le Nouvel Observateur. Sa maman, a les griffes du courage, et la rage de vaincre qui la tient debout, « Quand on entend les critiques, on devient lionne »,  m’a t’elle confié.

 

Entre sauter par la fenêtre, et faire de son fils le combat de sa vie, Jenny a choisi. Forte d’une volonté sans faille, elle a vendu ses entreprises pour se battre en accrochant au début quelques médias par ricochets, et profitant d’une vague de visibilité pour dévoiler son histoire et surtout … Rendre visible la drépanocytose.

 

Je salue son audace, elle est devenue présidente de l’A.P.I.P.D. (Association Pour l’Information et Prévention de la Drépanocytose) ! Je la compare à un globe- trotter infatigable : elle parcourt le monde entier pour sensibiliser l’opinion publique sur la maladie ! Je soutiens de tout cœur son action.

 

Pour transcender sa propre douleur, elle a écrit plus de 2000 poèmes, ouvrages et chansons. L’écrit qui m’a le plus touchée est son livre “Mon enfant a la drépanocytose, et alors ?”… Quelle plume, quelle âme ! Je me sens également très proche des valeurs qu’elle défend, la discrimination est au cœur de sa lutte qu’elle met si bien en lumière dans un des ses livres semi-autobiographiques, « Le président de la République est… une femme… noire. » Je trouve l’idée originale, et surtout, audacieuse. A son image !

 

Pas étonnant qu’elle ait été honorée par des médailles comme le trophée Black Business Woman Awards, pour être ensuite Chevalier de l’ordre du mérite et élue Femme formidable 2010 par le magazine Femme Actuelle.

 

Moi, je decerne la médaille de l’audace à Jenny Hippocrate, qui se bat pour la vie, pour la vie !

Partager :

3 Commentaires

  1. RAMIER
    2 avril 2016 / 04:10

    J’ai entendu parler de son témoignage auparavant et suis ravie de son palmarès pour sa combativité mais surtout de son combat pour la vie de son fils Taylor. un témoignage qui me touche particulièrement pour être et connaître des personnes atteintes de la drépanocytose.

  2. Rosine Coulibaly
    11 novembre 2016 / 00:10

    Un ancien camarade de classe est récemment décédé des suites de la drépanocytose. J’ai été très touché par le fait qu’il était si jeune! Cette femme mérite vraiment qu’on lui rende hommage,pour le combat qu’elle mène pour son fils et pour les autres. Bravo à elle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *